Portrait de turfistes : Patrick

patrick

Pourrais-tu te présenter ?

Patrick CHATEL, 65 ans, Marié, 2 enfants, Retraité
Région Parisienne 94450

Je cherche avant tout à avoir une situation stable dans ma vie, tant familiale que professionnelle.

Je fais ma carrière professionnelle dans l’informatique, essentiellement dans de grands groupes, Français et Américains. Puis par le biais des formations et certifications, j’obtiens le titre d’ingénieur en informatique. Je termine ma carrière par deux ans d’écoles, la première année à l’école des compagnons de France, puis la deuxième année à l’école Boulle (école des beaux-arts à Paris), j’ai eu un parcours professionnel  assez atypique.

Passionné par la recherche et par les statistiques, je m’intéresse très tôt à tous les défis soulevés par les jeux d’argent, je laisse les jeux de hasard de côté, « on ne maîtrise pas le hasard ». Je vois qu’il existe des opportunités particulièrement intéressantes dans les courses hippiques et je me consacre principalement à ce jeu.

 

Pourrais-tu décrire ton parcours de turfiste ? A quel âge as-tu débuté ? Qui t’a initié ?

J’approche les 30 ans, un ami passionné de courses hippiques m’invite à une réunion de trot en nocturne un vendredi à Vincennes, avec des  entrées V I P, j’accepte l’invitation et je ne vais pas le regretter.

Un fabuleux spectacle,  l’ambiance, la course et ses incertitudes, l’approche du poteau d’arrivée avec ses rebondissements, l’étude de la course, les chevaux, véritables athlètes,  tout cela  me procure beaucoup d’émotions et ne me laisse pas indifférent.

Alors je  m’intéresse de plus près aux courses,  puis je découvre et je lis de nombreux ouvrages sur ce jeu. Grâce à l’informatique et avec des outils spécifiques que j’achète ou que je développe,  j’expérimente des méthodes et fais de nombreux tests. J’apprends de mes échecs et je m’améliore, Je suis maintenant convaincu qu’on peut générer des gains avec les courses hippiques en respectant rigoureusement plusieurs conditions pour réussir.

 

Combien de temps par semaine consacres-tu à ta passion pour les courses hippiques?

Je consacre beaucoup de temps depuis que je suis à la retraite, entre 15 et 30 heures par semaine, soit dans la recherche ou l’amélioration de pronostics hippiques, ou encore dans  l’innovation et la création d’outils, ma passion ne faiblit pas.

 

Quels sont les paris hippiques que tu préfères ?

Incontestablement le jeu simple Gagnant/Placé, beaucoup moins risqué que tous les autres types de paris et avec une bien meilleure chance de réussite, je joue quelquefois au couplé quand j’ai du mal à départager les chevaux.

 

As-tu des hippodromes de prédilection ?

A travers tous les tests et observations  que j’ai fait, j’ai constaté que les grands hippodromes augmentaient incontestablement la réussite dans ses paris, j’ai une préférence pour les grands Hippodromes Parisiens.

 

Comment as-tu fait progresser ta façon de jouer ?

Par l’acquisition de formations et de conseils d’experts, l’utilisation d’outils, de statistiques, et la lecture de beaucoup d’ouvrages hippiques ont contribué grandement à la progression dans ma façon de jouer.

 

Comment est apparue cette passion pour les gestions financières?

Tout d’abord, je considère qu’une gestion financière est incontournable pour gérer son capital et jouer plus sereinement. Elle est aussi nécessaire pour appréhender les écarts, gérer les mises de façon plus optimale, et aussi d’avoir une visibilité sur ses bilans.

J’ai acheté de nombreuses gestions financières, certaines se sont démarquées mais n’ont pas répondu à mes attentes. Par contre je m’en suis inspiré pour démarrer mes travaux.

 

La passion m’est venu d’une part, pour la recherche que j’affectionne, l’utilisation du tableur Excel (application complètement adaptée pour les calculs) et d’autre part l’objectif de créer une gestion  financière personnelle et professionnelle.

 

Pourrais-tu nous présenter Profinocap ?

Il y a quelques années, je fais l’acquisition d’une gestion financière (Bank’o System), une gestion financière qui se démarque par son ingéniosité, je lis et relis l’ouvrage et je mets en pratique la gestion dans un fichier Excel. Je suis séduit par les stratégies employées et les résultats de l’exploitation du jeu. Puis me vient l’idée de creuser la gestion afin de la rendre encore plus performante. Je fais beaucoup de modifications et de tests pour enfin aboutir à une version (Profinocap) qui dépasse mes espérances. Dotée de stratégies encore plus féroces et qui revendiquent de bien meilleures performances financières que Banko’System et cela avec les mêmes permanences de jeu et les mêmes rapports !

 

Quels sont ses points forts ?

 

Sa plus grande force :

 

  • Fin définitive des effets dévastateurs de l’écart (la bête noire de tous les joueurs et systémiers)
  • Plus de folies meurtrières liées à l’emballement des mises

 

Les gros atouts :

 

  • Une stabilité et une protection prodigieuse du capital en cas d’écarts rencontrés
  • Des mises automatiques synchronisées audacieusement en jeu gagnant et ou en jeu placé
  • Un choix de retrait ou d’ajout de capital en cours de partie
  • Une simplicité d’utilisation, il suffira de saisir quelques données
  • Cette gestion financière est le fruit d’un long travail de recherche et de milliers de tests effectués sur d’innombrables échantillons, avec toujours le même étonnement d’avoir définitivement vaincu l’écart

 

Aurais tu d’autres projets en cours ou à venir ?

Oui actuellement je teste des sélections hippiques, j’attends d’avoir des échantillons suffisants pour les valider et les proposer.
Je crée des outils pour les paris sportifs.
Je réfléchis à des interviews avec des drivers connus et reconnus pour des articles sur  le site NRturf…

 

 

 

Comment vois-tu l’évolution des courses hippiques ?

Avec l’arrivée des paris sportifs, le turf a subit un net recul, mais globalement ce jeu populaire à toujours beaucoup d’adeptes et continue à faire rêver.
Pour perdurer le Turf a besoin d’être réformé face à la concurrence des paris sportifs.
Les innovations manquent, et les prélèvements sont encore trop importants.

 

 

 

Ton plus beau coup ?

Un Quinté spot dans l’ordre (8500€) un report au couplé gagnant/placé (750€)

Ton plus mauvais ?

Perte totale de mon capital (4980€) la même semaine pour m’être acharné à vouloir me refaire, un comportement à bannir ! un tilt inacceptable quand on a pris la patience de capitaliser pendant deux ans.

Pour finir, aurais tu des conseils à fournir aux débutants pour gagner au turf ?

Les courses sont un loisir et doivent le rester, jouer aux courses est une source de plaisir garantie, ce plaisir peut rapporter de l’argent à condition de respecter des règles claires. Les courses sont un art difficile, pour gagner du temps et éviter des déboires financiers, les formations et les conseils d’experts sont fortement recommandés  avant de s’engager.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *