PARIER SUR LES COURSES HIPPIQUES : LE GUIDE DU DEBUTANT

Vous souhaitez vous lancer dans les paris hippiques et vous vous posez de nombreuses questions. Cette page est faite pour vous faciliter les premiers pas.

Les courses hippiques sont divisées à la racine en deux types d’allure :

  •       Le trot
  •       Le galop

Pour le trot, on distingue deux types de courses.

Le trot attelé

Ce sont les courses les plus nombreuses.  Le trotteur tire un attelage léger à deux roues appelé « le sulky » sur lequel s’assied un pilote nommé « driver ».

Il arrive qu’un trotteur soit disqualifié. Cela se produit chaque fois que les juges aux allures, en course, décèlent une allure de course différente de celle admise et obligatoire.

trot de cheval attelé

 

Le trot monté

C’est une spécialité uniquement pratiquée en France. Le trotteur porte un jockey sur son dos.

Les mêmes règles de disqualification s’appliquent pour une allure de course différente de celle admise et obligatoire.

Note : que les courses soient disputées à l’attelé ou au monté, le plus important c’est la réduction kilométrique réalisée par le cheval.  Ce terme technique désigne le résultat d’un petit calcul :

c’est la distance de la course divisée par le temps mis par le cheval à parcourir un kilomètre.  Cette règle de 3 s’impose parce que les courses se courent toujours sur plus de 1000 mètres.

La réduction kilométrique est une information très utile pour établir votre pronostic dans une course de trot. Tous les trotteurs étant chronométrés vous savez toujours ce qu’ils valent.

jockey en course de cheval

Pour le galop, on recense également deux styles de compétition :

  • Le plat
  • L’obstacle.

Ces deux mondes bien qu’appartenant au même secteur existent et fonctionnent en parallèle. Les passerelles sont très peu nombreuses.

course hippique

Les professionnels se spécialisent très rapidement soit en fonction de leur affinité, certains préférant le trot au galop et vice et versa, soit en fonction de leur capital financier.

Le monde du galop, plus aristocratique, diverge fortement du monde du trot plus familial. Ainsi, les besoins financiers pour une écurie sont beaucoup plus importants au galop qu’au trot.

Le plat :

C’est la discipline favorite des pur-sang, qui sont de superbes chevaux.  Les galopeurs, à l’origine, descendent des pur-sang arabes. Les Anglais ont utilisés cette souche pour obtenir par croisement avec des races anglaises, un cheval au top qui possède de la rapidité et de la résistance. 

Selon ses aptitudes, un galopeur sera classé :

  • « Sprinter » s’il est explosif et adore les très courtes distances jusqu’à 1 000 mètres.
  • « Flyer » s’il aime les courtes distances de 1 000 à 1 400 mètres.
  • « Miler » s’il est à l’aise sur 1 600 mètres.
  • « Stayer » s’il préfère les longues distances plus de 2 000 mètres.

Les courses de plat se pratiquent presque toute l’année sauf l’hiver : les épreuves sont nombreuses.

L’obstacle :

Les courses d’Obstacles se divisent en 3 familles : les courses de haies, les Steeple Chase et les Cross countries. 

Dans les haies, les obstacles sont composés de haies de fusains, assez bas (1.10m) appelés aussi balais.

Dans le Steeple Chase, les distances sont plus longues (jusqu’à 6 kilomètres) et les obstacles artificiels sont impressionnants (jusqu’à 2m de haut et 7m de large). Là encore on retrouve des catégories différentes. 

Les Cross Countries, quant à eux sont des Steeple Chase sur des obstacles naturels.

La différence entre le galopeur et le sauteur est avant tout morphologique.  Pour encaisser les sauts en portant le jockey, le cheval doit être costaud.  Le sauteur est logiquement moins fin et moins rapide que le galopeur, cependant le cheval doit être robuste et endurant.

Dans chaque discipline, vous avez des chevaux de niveaux différents qui sont représentés par des catégories que l’on découvrira plus loin.

Les courses de chevaux sont regroupées en différentes catégories de différents niveaux

Les groupes

Cette catégorie regroupe les courses les plus prestigieuses, c’est l’Élite des pur-sang, celles qui ont les allocations (c’est-à-dire les gains versés aux propriétaires des chevaux gagnants les plus élevés). Ils sont divisés en 3 niveaux :

Niveau 1, les groupes 1

On retrouve les meilleurs chevaux, ce sont des chevaux entiers, les chevaux castrés ne sont pas admis.

Le nombre de partants est souvent peu élevé.  Ces chevaux sont engagés dans les plus grands prix.

Niveau 2, Les groupes 2 et 3

Groupes dits semi-classiques, ils concernent des chevaux d’un niveau un peu inférieur au groupe 1.

Ce sont des chevaux un peu plus jeunes et « en devenir ».

Les listed races

Dites anti chambres du paradis, ces épreuves sont spécifiques aux courses de plat.  Ce sont des courses de catégories intermédiaires entre les courses à conditions et les prestigieuses courses de groupes.

Peu nombreuses elles sont rarement associées aux paris du PMU.

trot attelé

Handicaps ou courses à conditions

Ces courses sont très nombreuses.  On les retrouve dans beaucoup de quintés de plat et d’obstacles.

Une course à handicap est une épreuve dans laquelle les juges dits « handicapeurs » sont chargés d’estimer les performances des chevaux et tentent de niveler les chances des participants en favorisant les chevaux les moins bons et en défavorisant les chevaux les meilleurs. Le handicap imposé est sous forme de petites plaques de plomb placées sous le tapis de la selle du cheval. Ainsi on égalise les chances des concurrents par le poids porté : ceux qui portent le plus de poids sont généralement les meilleurs chevaux.

Dans les courses de trot, le handicap prend la forme d’un recul. Il y a parfois plusieurs échelons de départs, c’est-à-dire que les chevaux doivent parcourir plus ou moins de distance selon le poteau d’où ils s’élancent.

Les meilleurs trotteurs partiront de plus loin. 

Ces systèmes d’égalisation des chances rendent les courses plus difficiles à déchiffrer.

Courses à conditions A ; B ; C ; D ; E ; F

Ce sont des courses de niveau en dessous des groupes ou listed. Les courses « A » sont plus relevées que les courses « C » etc.

Courses à réclamer

Ces courses sont fréquentes et nombreuses, elles ont lieu tout au long de l’année et sont toujours bien fournies en participants. Les chevaux qui courent sont à vendre après la course, quel que soit leur classement. C’est une sorte de vente aux enchères à un prix souvent abordable.

Ce sont des chevaux médiocres ou moyens, devenus difficiles à engager.

Voici un comparatif des allocations (Gains reversés) selon la hiérarchie :

Groupe 1   25 000 à 50 millions €
Groupe 2  175 000€ minimum
Groupe 3  130 000€ minimum 
 Listed  52 000 à 122 000€ 
 Handicaps/Courses à conditions  40 000 à 52 000€ 
 Courses à réclamer  Jusqu'à 26 000€  

Les bonnes sources et les bons jeux

Où trouver les informations pour préparer ses jeux ?

Les journaux les plus complets en termes d’informations hippiques sont :

  • Paris-Turf (« la bible du turfiste », vous y trouverez toutes les informations en termes de programmes du jour, pronostics, résultats et rapports des courses et bien d’autres informations utiles pour faire vos choix);
  • Week-end, Tiercé Magazine, et bien d’autres journaux hippiques selon votre budget.

Actuellement, on peut compter plusieurs opérateurs hippiques agréés par l’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux en Ligne). Ce sont les institutions qui peuvent enregistrer les paris hippiques en ligne.

Dans le domaine hippique, parmi les opérateurs agréés par l’ARJEL, on retrouve:

  • PMU qui dispose d’une masse d’enjeux massive par rapport aux opérateurs alternatifs
  • Betclic qui dispose d’une interface très agréable
  • Zeturf qui peut se targuer d’être le second opérateur hippique en France, derrière le PMU
  • Leturf qui reste malheureusement assez modeste à cause des faibles masses d’enjeux
  • Genybet qui propose un site très agréable, mais est également confronté à des masses d’enjeux très faibles
  • Unibet qui malgré son offre turf reste très axé paris sportifs
  • France Pari qui a amélioré son interface depuis 2016

Comme vous pourrez le constater, vous disposez d’un large choix, les rapports des jeux varient selon l’opérateur, vous jugerez à l’usage.

Choisissez la cote la plus intéressante pour parier !

Il y a des différences de cotes entre les sites de paris hippiques. Comparez les offres et choisissez l’opérateur qui propose le meilleur rapport pour le pari que vous voulez placer, afin d’obtenir un gain plus élevé.

Comparatif des opérateurs hippiques

 

 

PMU

ZEturf

JOA

Unibet

Betclic

Montant maximum du bonus

100 de bonus turf

250 de bonus turf

150 de bonus turf

120 (20 € turf, 100 € sport et aussi 500 € poker)

250 de bonus turf

TV en direct

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Disponibilité du service client

Chat 12h - 22h

Tél. 8h30 - 22h

Email

Chat 10h - 19h

Tél.

Formulaire de contact

Tél du lundi au vendredi 9h30 - 18h

Email

Chat 9h - 15h et 18h - 23h

Tél. 15h30 -

18h

Email

Chat 8h - 24h

Tél. 10 - 22h

Formulaire de contact

Site disponible sur mobile

Site mobile + application

site s'adapte aux mobiles

-

Site mobile + application

Site mobile pour le turf - application mobile pour le sport

Jeux particuliers

Report

ZEcouillon, ZEshow, ZE234...

4e Dada

Le Deuzio, Le Boulet, Mix S...

-

Pari automatique

Spot

Z'Eclair

Symplyturf

Pari Flash

Sélection automatique

Possibilité de faire des paris sportifs

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Carte de fidélité

MyPMU - jusqu'à 2% de vos enjeux sont crédités sous forme de points sur votre compte

Programme de

fidélité ZEmiles

Programme Club

Fidélité + offre parrainage de 50 € par filleul

Non pas pour le turf

Non pas pour le turf

Dépôt minimum

5 €

15 €

10 €

5 €

10 €

Comprendre les cotes et leur importance

C’est quoi une cote ?

En France, les paris hippiques sont autorisés seulement sous la forme du pari mutuel. Vous connaissez donc la cote finale d’un pari qu’après la publication des résultats.  

Vous pouvez toutefois, au moins pour les paris simples gagnants, connaître les rapports probables de paiement chez les principaux sites de paris hippiques. Certains sites affichent néanmoins une fourchette de rapports probables pour les jeux simples placés.

Lorsque vous souhaitez effectuer un pari simple sur une course hippique, le site de paris hippiques vous propose un rapport probable à un instant donné. Cette cote probable permet de connaître le montant que le site vous paiera dans le cas où votre pari est gagnant. La cote correspond généralement à la probabilité qu’un événement se réalise.

Un exemple :

pari sur les courses

Le numéro 14 DÉCOLORATION a un rapport probable de 2,90 € (à l’instant T). En effet, en fonction des paris qui sont faits, le rapport probable est susceptible d’évoluer tant à la hausse qu’à la baisse. En règle générale le rapport aura tendance à baisser plus on approche du départ de la course.

Si nous décidons de parier sur ce numéro 14 en jeu simple gagnant, on peut estimer le gain que l’on aura si notre cheval termine premier (s’il gagne la course).

Dans notre exemple, si on place 10 € sur ce cheval, on obtiendra 10 x 2,90 € = 29 € de gains.

On doit soustraire notre mise soit 29 € – 10 € de mise = 19 € de bénéfice.

Comment lire une cote ?

Les cotes peuvent apparaître sous deux formes voir davantage (voir plus loin).

En effet, on peut voir le rapport probable inscrit sous la forme d’un chiffre avec une décimale. Dans notre exemple précédent : le 14 avait un rapport probable de 2,90 €.

Mais on peut aussi lire dans les journaux hippiques, une cote probable sous la forme 15/1 par exemple.

Lorsque nous avons une cote de deux chiffres avec un dénominateur, cela sous-entend que le cheval vous laissera en cas de gains, un bénéfice égal au premier chiffre (15/1) multiplié par votre mise.

La cote est également un indicateur de confiance des parieurs dans le cheval.

Exemple : un cheval qui a une cote de 8/1 indique qu’un parieur sur 8 fait confiance à ce cheval.

Si un autre cheval a une cote de 2/1, dans ce cas on aura 1 parieur sur 2 qui fait confiance à ce cheval.

Théoriquement, le cheval à 2/1 aura donc plus de chances d’arriver devant celui qui a une cote de 8/1.

%d blogueurs aiment cette page :